.

.

.

Notre fraternité est composée de 17 personnes : 8 laïcs, un diacre et 4 prêtres, Trinitaires de Béthanie ou membres associés et 4 Religieuses Trinitaires de Valence. Fondée en 2010, la fraternité a été appelée par l'évêque d'Angoulême à être une présence priante et aimante au coeur du diocèse.

.

.

jeudi 24 décembre 2020

lundi 21 décembre 2020

Noël 2020

Chers(es) amis(es),

A quelques jours de la Nativité du Seigneur, en cette période obscure marquée par la pandémie et toutes ses conséquences sanitaires, humaines et sociales, nous souhaitons, pour vous et pour le monde, une grande effusion de Lumière et de Paix. 

Que le message humble et fraternel de la crèche nous aide à poser les gestes d'amour et d'espérance dont tant de nos frères et sœurs ont un urgent besoin.

Vous restez chacune et chacun bien présents à notre prière quotidienne.


Avec la grande amitié des laïcs, des religieuses
du diacre et des prêtres de la fraternité

jeudi 10 décembre 2020

 MESSAGE DU MINISTRE GENERAL 

A LA FAMILLE TRINITAIRE

 A L’OCCASION DE LA SOLENNITE 

DE ST JEAN DE MATHA

ET DE LA NATIVITE DU SEIGNEUR

 


 

 



Chers frère et sœurs,


Mon salut cordial et fraternel à vous tous membres de la Famille trinitaire.

L’année qui s’achève a été profondément marquée par la terrible pandémie qui a fait de nombreuses victimes. La Famille trinitaire aussi a payé un lourd tribut dans cette situation. Nous avons été contraints de changer et d’adapter nos programmes, notre style de vie et nos engagements quotidiens. Nous avons pu, avec un sens développé de responsabilité, assurer notre proximité et notre soutien tant humain que spirituel, aux nombreuses familles touchées par la maladie et par ses conséquences sur le plan économique et social. Je tiens à exprimer ma reconnaissance pour chaque geste d’éminente charité, signe de proximité de ceux qui portent le poids de cette immense catastrophe universelle. En plus de ces remerciements, je désire exprimer mon encouragement à poursuivre et intensifier l’engagement de chaque communauté et de chaque fraternité laïque au service des pauvres, anciens ou récents. Que personne ne se sente seule dans ce moment de difficulté et de souffrance. Que l’unité dans la prière et la communion fraternelle soient nos armes spirituelles pour combattre les conséquences dévastatrices de ce virus sur le plan humain et spirituel.  La conscience d’être tous dans la même barque ne nous met pas à l’abri de la tentation des fermetures égoïstes et des divisions, comme malheureusement on peut le voir dans la société civile. Les inégalités sociales, comme à chaque moment de crise, sont accentuées ; de nouvelles formes de malaise naissent ; la perte d’un être cher est d’autant plus déchirante qu’on ne peut accomplir les rites funéraires ; le poids de la solitude pour qui est contraint à l’isolement est insupportable. Notre engagement imminent sera de reconstruire ces liens fraternels de solidarité détruits par l’épidémie, afin de faire face aux difficiles conséquences que nous affronterons quand l’épidémie sera éradiquée. Nous faisons nôtre le désir du Pape François : « Plaise au ciel que tant de souffrance ne soit pas inutile, que nous fassions un pas vers un nouveau mode de vie et découvrions définitivement que nous avons besoin les uns des autres et que nous avons des dettes les uns envers les autres, afin que l’humanité renaisse avec tous les visages, toutes les mains et toutes les voies au-delà des frontières que nous avons créées ! »

***

 

Même marquée en grande partie par ce terrible fléau, l’année qui se termine a été particulièrement riche et intense. En février, nous avons célébré le Conseil Général Elargi au cours duquel on a partagé le programme di sexennat. Nous avons vécu des moments festifs et de réflexion en mémoire du centenaire de la béatification d’Anna Maria Taigi, parmi lesquels je veux mentionner le Congrès de l’Ordre Séculier Trinitaire italien et la célébration eucharistique du 16 octobre présidée par le cardinal Angelo De Donatis, Vicaire du Pape pour le diocèse de Rome, dans la Basilique Saint Chrysogone. Nous espérons accomplir dès que possible les autres initiatives du programme qui n’ont pu être réalisées.

Nous avons vécu intensément la Semaine de prière pour les chrétiens persécutés, qui cette année et malgré les difficultés connues, a vu s’impliquer, outre nos communautés, des diocèses, paroisses et groupes de prière. Tous se sont unis dans le souvenir priant de ceux qui aujourd’hui souffrent à cause de leur foi. A Saint Chrysogone, nous avons eu la joie d’accueillir quelques jours l’évêque chaldéen d’Alep (Syrie) Mgr Antoine Audo. Il a présidé l’Eucharistie le premier jour de la Semaine de prière et il a participé au Congrès de l’Ordre Séculier Trinitaire, faisant don de son expérience de pasteur et de son témoignage de foi en cette terre profondément marquée par les conséquences dévastatrices de la guerre civile et de l’acharnement contre les chrétiens, réduits actuellement au minimum. Notre engagement en faveur des chrétiens persécutés s’accroit toujours plus dans le Famille Trinitaire. C’est un motif d’orgueil mais aussi un stimulant à persévérer dans cette direction. 

L’engagement en faveur des chrétiens persécutés, en outre, s’enrichit de nouvelles initiatives importantes. Avec joie et satisfaction, je peux vous annoncer que le projet de promouvoir une Chaire universitaire pour les chrétiens persécutés appelée « Chaire St Jean de Matha » s’est finalement concrétisé par une convention entre l’Ordre Trinitaire et l’Université Pontificale St Thomas d’Aquin (Angelicum) de Rome. Concrètement, on proposera un cours sur la liberté religieuse ayant comme titre : « Liberté religieuse. Problèmes, défis, perspectives ». Le cours sera offert aux étudiants des facultés de théologie, de Sciences Sociales et de l’Institut Mater Ecclesiae. Pourront aussi y participer nos étudiants de l’APPS et tous ceux désireux d’approfondir ce thème qui exprime de façon excellent notre charisme. Il est du ressort du SIT International de donner plus de détails à ceux qui voudront y participer, même par internet pour les non-résidents à Rome. 

Nous remercions le Président du SIT International, promoteur de ce projet, et l’équipe de religieux qui collabore à la mise en place de cette Chaire universitaire et à toutes les initiatives qui y sont liées. C’est certainement un service précieux pour l’Eglise et le monde que d’offrir une contribution théologique à ce thème si cher à notre charisme et si dramatiquement actuel. De plus, c’est une possibilité de créer un cercle vertueux d’enrichissement mutuel entre la réflexion théologique et le témoignage vivant de tant de nos frères qui ont subi la persécution religieuse.

 

***

 

La nouvelle année verra la célébration des Chapitres provinciaux, dont il n’est pas superflu de souligner l’importance. Que ces importants moments d’assemblée soient pour « la communion d’esprit et de vie » et que le but soit « pour le bien de la Province »  dans toute son articulation. Je profite de l’occasion pour rappeler que, dans la préparation des Chapitres, on donne l’espace qu’il se doit aux lignes programmatiques exprimées par le Chapitre Général, afin de les retranscrire dans une pastorale vocationnelle incisive et efficace qui corresponde aux défis d’aujourd’hui. Que ceci soit donc un vrai service des jeunes, de l’Eglise et de l’Ordre. Préparons-nous par la prière et la disponibilité intérieure à nous laisser conduire par l’Esprit Saint qui nous pousse à une rénovation continuelle dans la fidélité au charisme et à notre histoire mais aussi à un plus grand engagement face aux défis du temps présent et à un regard chargé d’espérance dans l’avenir. 

En cette nouvelle année, nous serons appelés aussi à thésauriser les précieuses indications du Pape François données dans l’encyclique Frates Omnes. Nous pouvons retrouver dans ce document de nombreux éléments relatifs à notre spiritualité, qui voit dans la construction de la fraternité, élargie aux pauvres et aux persécutés, son centre de propulsion. Ce document nous rappelle, s’il le fallait, l’actualité de notre charisme et l’urgence de le vivre avec fidélité et créativité. « L’inclusion ou l’exclusion de la personne en détresse au bord de la route définit tous les projets économiques, politiques, sociaux et religieux ». De la façon par laquelle nous savons nous faire proches de ceux qui souffrent, se mesurent la validité de nos projets et la qualité de notre témoignage. 

 

***

 

Je veux maintenant vous présenter mes vœux les plus chaleureux à l’occasion de la solennité de notre fondateur St Jean de Matha et des fêtes de Noël qui approchent. Que ces bons moments festifs nous aident à retrouver le vrai sens de la joie que même la souffrance ne peut effacer.  En ce moment historique particulier que nous vivons avec préoccupation, nous avons besoin de puiser de nouvelles énergies dans cette joie qui nait de la rencontre vivante avec notre Sauveur. Sans vraie joie « l’espérance ne trouverait maison où habiter ».  L’Histoire nous le montre, chaque difficulté sérieuse nous réserve la possibilité de nous améliorer, de redécouvrir les valeurs profondes de notre humanité et de notre foi. 

Je vous assure de ma prière et de ma bénédiction. 

 

Rome, le 29 novembre 2020 

Premier Dimanche de l’Avent.

 

Fr. Luigi Buccarello, O. SS. T

 


 

 

 

 

samedi 5 décembre 2020

Notre père Saint Jean de Matha, fondateur de la famille trinitaire : Toute une vie de louange de la Trinité, de libération des captifs et de simplicité fraternelle



 Gloire à toi Trinité ! Aux captifs liberté !




Jean est né en Provence en 1155


Disponible à l'appel du Seigneur


Jean part étudier la théologie à Paris


Il étudie, puis il enseigne 
à l'Abbaye de Saint-Victor. 
Il ne sait comment répondre 
à l'appel du Seigneur

Finalement, il est ordonné prêtre 
à Paris en 1193


Au cours de sa première messe, il voit le Christ libérant un esclave noir et un esclave blanc

Il se retire à Cerfroid, à 80 kms de Paris, 
où vivait un groupe d'ermites, 
pour réfléchir et prier sur  l'appel spécifique que Dieu lui a lancé à travers cette vision.


Quelques années plutôt, en 1886, Saladin a conquis Jérusalem et 50 places fortes chrétiennes, faisant captifs quantité de chrétiens


Jean décide, 
avec un des ermites Félix, 
de leur venir en aide 
en fondant une nouvelle communauté. 

Les Trinitaires auront ainsi 
une double vocation : 
La louange de Dieu-Trinité 
et la libération des captifs. 

Jean et Félix soumettent ce projet 
au Pape Innocent III 
qui l'approuve en 1198.



Commence le début d'une longue histoire de libération
Jean et ses compagnons 
traversent la méditerranée 



Ils négocient avec les autorités musulmanes 
la libération de personnes captives

Avec le Christ-libérateur, 
ils descendent pour rejoindre 
les personnes au coeur de leur captivité





Puis, ils traversent la méditerranée 
dans l'autre  sens 
avec les captifs libérés






Après un temps 
dans  une maison trinitaire 
où les personnes libérées sont soignées 
et reprennent des forces, 
elles peuvent enfin rentrer chez elles !


Entre deux voyages de rachat, 
Jean et ses frères retrouvent le calme 
et la simplicité familiale 
de leurs petites communauté fraternelle




Au coeur de cette vie fraternelle, 
ils sont unis 
par une recherche commune 
de Dieu-Trinité, 
ensemble et personnellement contemplé


Ils retrouvent alors la joie 
toujours plus profonde du premier appel



Se ressourçant, 
ils accueillent et soignent aussi 
ceux qui sont souffrants 
ou se sentent exclus de la famille humaine


Et ils ne cessent de prêcher 
ce Dieu-trinité qui nous libère

Sollicitant 
de tous ceux qui le souhaitent 
l'aide nécessaire au prochain rachat


Puis , ils repartent...


Vers de nouvelles oeuvres de libération.


Au terme d'une vie si pleine de foi et d'amour...


Jean veut transmettre 
"l'essentiel de sa vie" à ses frères, 
il demande à un artiste 
de réaliser à Rome une mosaïque 
qui prendra place 
à l'entrée de la maison 
où demeure de la communauté



Cette mosaïque 
sera le rappel de la vocation spécifique 
reçue du Seigneur 
par Jean et sa famille religieuse. 
Un vrai cadeau 
pour les générations futures de laïcs, 
de soeurs et de frères trinitaires....


Puis Jean s'éteint paisiblement 
le 17 décembre 1213 
entouré de l'affection 
et de la prière de ses frères


Oui, Gloire à Toi Trinité ! 
Aux captifs liberté !