.

.

.

Notre fraternité est composée de 15 personnes : 9 laïcs et 3 prêtres, Trinitaires de Béthanie ou membres associés et 3 Religieuses Trinitaires de Valence. Fondée en 2010, la fraternité a été appelée par l'évêque d'Angoulême à être une présence priante et aimante au coeur du diocèse.

.

.
Le Père Yvon Samson, trinitaire, chante saint Jean de Matha

Une belle chanson du Père Yvon Sanson sur Saint Jean de Matha

vendredi 28 août 2015

Fête de la Dormition de la Mère de Dieu au monastère de Notre Dame de Korssoun à Grassac‏



La fête orthodoxe de la Dormition est très proche de celle de l'Église catholique romaine appelée Assomption. Selon la tradition orthodoxe, Marie est morte comme tout être humain, non "volontairement" comme son fils, mais par la nécessité de sa nature humaine mortelle, liée à la corruption de ce monde après la Chute. C'est sur ce point que la tradition orthodoxe diverge essentiellement du dogme catholique de l'Assomption.
Les Apôtres étaient miraculeusement présents à cet événement, à l'exception de Thomas. Elle fut ensuite enterrée. Thomas serait arrivé peu de jours après, et désirant la voir une dernière fois, il convainc les autres apôtres d'ouvrir la tombe. La tombe ouverte, les apôtres découvrirent que son corps avait disparu. Cet événement est compris comme les prémices de la résurrection des corps, qui aura lieu lors du Second avènement du Christ. Comme l'exprime le théologien Vladimir Lossky : "Si Elle resta encore dans le monde, si Elle se soumit aux conditions de la vie humaine jusqu'à accepter la mort, c'est en vertu de sa volonté parfaite, dans laquelle elle reproduisit la kénose (humiliation) volontaire de son Fils. Mais la mort n'avait plus d'emprise sur Elle : comme son Fils, elle est ressuscitée et montée au Ciel, première hypostase humaine qui réalisa en Elle la fin dernière pour laquelle fut créé le monde.".
L'événement est normalement appelé la Dormition même si plusieurs paroisses orthodoxes en Occident usent du terme d'Assomption. En grec, le mot dormition est koimisis, dont est dérivé le mot cimetière.
Comme la fête de la Nativité de la Vierge et de son entrée au Temple, il n'y a pas de sources bibliques ou historique pour cette fête. Selon l'Église orthodoxe, Marie est réellement morte et a été ressuscitée par son fils comme la Mère de Vie et participe déjà à la vie éternelle du Paradis.














samedi 15 août 2015

A Angoulême et à Bassac, fête de l'Assomption de la Vierge Marie



La foi en l’Assomption, générale parmi les chrétiens d’Orient (même si ceux-ci préfèrent parler de « dormition de la Vierge »), est partagée par les catholiques.
On célèbre cette fête dès le IVè siècle, à Antioche, et au Vè siècle en Palestine. Il semble que la date du 15 août ait été choisie en Orient par l’empereur Maurice (582-603) pour commémorer l’inauguration d’une église dédiée à la Vierge montée au ciel.
C’est le 1er novembre 1950 que le Pape Pie XII affirmait la foi de l’Église en l’Assomption de la Vierge Marie par une définition dogmatique. Il écrivait notamment : « …Nous affirmons, nous déclarons et nous définissons comme un dogme divinement révélé que l’Immaculée Mère de Dieu, Marie toujours Vierge, après avoir achevé le cours de sa vie terrestre, a été élevée en corps et en âme à la gloire céleste. »









Messe à la Cathédrale





Temps fraternel à Béthanie



Vêpres à Bassac











vendredi 14 août 2015

Joie des retrouvailles pour 4 des 6 membres associés de la Fraternité

Le Père Dominique-Christophe-Sylvie-Le Père Joseph

jeudi 13 août 2015

Arrivée d'un beau Thabor en bois marqué d'une croix trinitaire pour l'adoration du Saint-Sacrement

Odile, une des associés de la fraternité, installe sur l'autel
le Thabor réalisé par monsieur Didier Ponroy ,
et qui nous a été offert par Philippe et Patricia Trinez