.

.

.

Notre fraternité est composée de 17 personnes : 10 laïcs et 3 prêtres, Trinitaires de Béthanie ou membres associés et 4 Religieuses Trinitaires de Valence. Fondée en 2010, la fraternité a été appelée par l'évêque d'Angoulême à être une présence priante et aimante au coeur du diocèse.

.

.

jeudi 27 octobre 2011

Retour à Dieu de notre ami le Père Deguillaume, aumônier des soeurs de la rue de Turenne



Jean Deguillaume, né en 1920 et ordonné prêtre en 1944, fit partie des tous premiers prêtres de la mission de France. Malgré le poids de l'âge et de la maladie, il exerça son ministère avec passion et jusqu'au bout de ses forces. Pour tous ceux qui l'ont connu il est vraiment un grand témoin de la fidélité de Dieu au coeur d'une vie toute donnée.

samedi 22 octobre 2011

Annoncer la Bonne Nouvelle à Angoulême : Les premiers pas d'un beau projet





L'idée : en octobre 2012, commencer sur Angoulême un parcours d'évangélisation qui comprendra les éléments suivants :

.un dîner à l’ambiance conviviale et informelle.
.un exposé pour réfléchir ensemble sur toutes ces questions que chacun se pose souvent seul, au sujet de Dieu ou du sens de la vie.
.des groupes d’échanges au sein desquels on peut librement partager ses interrogations sur la religion, dans le respect de chacun.
.des temps de dialogue ouverts à tous, sans limite d’âge, que l’on soit croyant ou pas, de confession chrétienne ou pas, pratiquant ou pas.
.un lieu de rencontre où l’on peut inviter ses amis mais aussi lier de nouvelles connaissances.
.des bénévoles laïcs qui animent les dîners et font découvrir (ou redécouvrir) l’Eglise, loin des images d’Epinal.
.un repas par semaine, pendant 10 semaines, ainsi qu’un week-end proposé en milieu de parcours.

mercredi 19 octobre 2011

Dimanche 16 octobre, rassemblement diocésain "Audace 2011"


INITIATION, FRATERNITÉ, AUDACE
extraits de la lettre de Monseigneur Claude DAGENS

"Chers amis,
Cette lettre est pour vous, qui avez participé à notre rassemblement du dimanche 16 octobre. Mais, au-delà de ce rassemblement, elle s’adresse à vous tous qui, d’une manière visible ou cachée, participez à la vie et à la mission ordinaires de l’Église. À vous aussi qui n’avez pas de responsabilités particulières, mais qui comprenez notre responsabilité commune : être des signes de la charité du Christ dans un monde incertain(...)
Nous voulons pratiquer la fraternité chrétienne et l’audace de la foi. Oui, l’audace de croire et d’espérer que Dieu travaille en notre monde et que nous sommes ses témoins, humbles, mais résolus. Témoins de l’engagement de Jésus qui, au cours d’un dernier repas, a lavé les pieds de ses disciples et leur a confié un commandement nouveau, radicalement nouveau : « Aimez-vous les uns les autres comme je vous ai aimés » (Jean 15,12).
Pas d’initiation chrétienne possible, ni d’audace de la foi en dehors de cela qui est le cœur de la Révélation chrétienne de Dieu. Ne soyons donc pas obsédés par les difficultés de l’annonce de l’Évangile ou par la pauvreté de nos moyens ! Soyons prêts à puiser à la source, qui est là, dans la personne et la Pâque de Jésus, dans cette charité du Christ qui nous dépasse infiniment et qui veut passer par nous ! (...)
Si vous avez participé à la messe du 16 octobre, dans notre cathédrale, vous avez sans doute entendu et retenu la proclamation de l’Évangile : c’était le récit de ce geste accompli par Jésus, à la veille de sa passion et de sa mort. Il s’est agenouillé aux pieds de ses disciples et il les a lavés (cf. Jean 13,1-20).
Les gestes parlent autant que les paroles. Le geste fraternel du lavement des pieds parle autant que les paroles qui vont, le même soir, instituer pour toujours le sacrement de l’Eucharistie : « Mon corps livré pour vous, Mon sang versé pour vous ».
C’est le même Jésus qui a pris dans ses mains les pieds de ses disciples et qui, ensuite, avec ces mêmes mains, rompra le pain et fera circuler la coupe de vin. Tout est dit alors du mystère et du don de Dieu quand il se livre à nous, pour toujours, pour chaque jour, avec son corps et son sang.
Et il se livre à la violence des hommes, en acceptant d’être renié et trahi, pour que nous soyons associés à ses gestes, si nous l’acceptons. Nous voilà embarqués avec lui dans ce travail d’initiation, qui passe aussi bien par les actes fraternels d’accueil, de service, de solidarité et de don, que par la participation au sacrement de l’Eucharistie.
S’il existe un lien profond entre l’initiation chrétienne et la fraternité chrétienne, il est là, dans le don de Jésus « qui passe de ce monde à son Père en aimant les siens jusqu’au bout » (Jean 13,1).
Permettez-moi une dernière audace : s’il y a des catholiques réellement présents dans notre société incertaine, c’est là qu’ils puisent leur force ! S’il y a un réel dynamisme de l’Évangile dans nos communautés, c’est là qu’il a sa source ! Je le crois, je le vois, j’en suis sûr : je vois que notre Église devient le Corps du Christ lorsqu’elle vit de la charité du Christ et qu’elle en vit, dans ses membres, qui sont tous des pécheurs, en croisant sans cesse ces deux actes vitaux : la pratique onéreuse de la fraternité et la participation également onéreuse à l’Eucharistie !
Mais ce qui est onéreux, ce qui a son poids de vérité et d’exigence, nous ouvre à la joie de croire en Dieu. Ce n’est pas un chemin de facilité, mais c’est un chemin simple : comme pour cet homme étonnant que nous avons fêté au début de ce mois, le 4 octobre. Il s’appelait François. Il n’était pas satisfait de la vie qu’il menait. Il a rencontré Jésus. Il a été saisi par Lui. Il s’est ouvert pour toujours à la joie de croire en Lui et de le suivre. Initié au mystère du Christ, il a lutté pour que la fraternité chrétienne soit visible dans l’Église et, par l’Église, dans le monde.
Que la fraternité chrétienne soit visible et sensible dans l’Église et dans le monde ! Pour nous tous, catholiques en Charente et ailleurs, voilà notre désir et voilà notre engagement commun !
Cette lettre vous dira que je reste proche de vous tous dans cet engagement durable ! Avec ma confiance et mon amitié !"



Ci-dessous quelques images
du rassemblement diocésain
du 16 octobre : "AUDACE !"












mardi 18 octobre 2011

Une bien douce journée de récollection à l'abbaye bénédictine de Maumont



Ah qu'il est doux pour des frères
de demeurer ensemble

Dans l'unité, la prière,
par l'Esprit qui rassemble

(à partir du Psaume 133)