.

.

.

Notre fraternité est composée de 15 personnes : 9 laïcs et 3 prêtres, Trinitaires de Béthanie ou membres associés et 3 Religieuses Trinitaires de Valence. Fondée en 2010, la fraternité a été appelée par l'évêque d'Angoulême à être une présence priante et aimante au coeur du diocèse.

.

.

vendredi 30 septembre 2016

lundi 26 septembre 2016

Mgr Hervé Gosselin revient d’une session de formation pour les nouveaux évêques au Vatican.



Jeudi soir, « Le Pape François » était projeté en avant-première au Mégarama de Garat. Mgr Hervé Gosselin, évêque d'Angoulême, assistait à la séance. « C'est un bon film. Il n'est certes ni intense ni trépidant, mais j'ai aimé son ton doux et tranquille. “Le Pape François'' livre un éclairage intéressant sur le parcours d'un homme exceptionnel mais aussi sur le fonctionnement de l'Église », témoigne-t-il.

Coïncidence du calendrier (ou politesse du hasard), Mgr Gosselin a vu le film « Le Pape François » après avoir réellement rencontré le souverain pontife. L'évêque d'Angoulême vient en effet de passer une semaine au Vatican, où il a participé à une session de formation des 150 évêques ordonnés cette année.

« Il regarde dans les yeux »
Au programme, des thèmes très divers : l'Église dans le monde postmoderne ; l'administration d'un diocèse ; l'évêque, père et guide de son presbyterium ; l'évêque, apôtre de la miséricorde, etc. Temps fort : une audience avec le pape François, vendredi 16 septembre, dans la salle Clémentine du Palais apostolique.

« Nous étions 150 nouveaux évêques. Le pape a parlé pendant plus d'une demi-heure. Il nous a donné quelques directives. C'est un homme extrêmement chaleureux, dont l'autorité s'impose avec douceur. Il a des phrases percutantes. Il parle en italien - langue qui n'est pas chez moi la plus naturelle - et j'ai parfois dû me faire traduire. Puis il nous a tous serré la main, de façon personnelle. Il nous a regardés dans les yeux ; il était très présent à chacun. Je me suis présenté et j'ai présenté le diocèse d'Angoulême. Ce fut un très grand moment. Nous avons tous été appelés sous son pontificat, en cette année de la miséricorde, et nous avons compris qu'il comptait sur nous. »

Journal SUD-OUEST 26 septembre 2016


en partant de la gauche :
-Mgr Colomb, évêque de La Rochelle
-Mgr Gosselin, notre évêque
-Mgr Touvet, évêque de Châlons-sur-Marne (diocèse d'Odile)

"Déambulations Mystiques" nous voilà reparti ! Objectif : 14 au 18 mars 2018






samedi 24 septembre 2016

Audience du pape aux victimes de l'attentat de Nice

Brève méditation de soeur Agélique pour le 26ème dimanche du temps ordinaire;

A partir de Luc 16, 19-31




Ce texte d'Evangile est bouleversant. Il s'agit d'un riche qui vit dans l'opulence, et d'un pauvre homme nommé Lazare.

Au séjour des morts , le riche est en proie à la torture, tandis que le pauvre vit dans les consolations.


Ce passage de l'Ecriture nous interroge, nous questionne sur la place de l'Evangile dans nos vies: quelle attitude en découle t-elle ?


Quel comportement par rapport à cette loi d'amour que nous propose Jésus ? Si nous connaissons l'Ecriture, nous savons quelle place ont les pauvres dans le coeur de Dieu. Alors, ne nous contentons pas de mots.


Voilà peut-être ce à quoi nous invite cette Parole de Dieu.

mercredi 21 septembre 2016

dimanche 18 septembre 2016

Le Père Laurent Maurin a dédicacé son dernier livre : "La Charente en 160 événements des origines à nos jours" . Tout à fait passionnant et fort agréable à lire !




Brève méditation de soeur Angélique pour le 25 ème dimanche du temps ordinaire

A partir de Luc 16, 1-13



Cette longue parabole nous décrit un gérant malhonnête sans scrupules. Pour Jésus, le rapport à l'argent est important, il ne doit pas empiéter sur notre relation à Dieu."On ne peut servir Dieu et l'argent". Il convient donc de choisir. On dit souvent que si l'argent ne fait pas le bonheur, il y contribue. C'est vrai, mais il ne doit pas avoir la première place. Il convient de rester libre par rapport à lui.

Quelle est la place que nous accordons à l'argent dans notre vie ?

Nous pouvons nous interroger en étant sûrs de la tendresse et de la miséricorde de Dieu.