.

.

.

Notre fraternité est composée de 15 personnes : 9 laïcs et 3 prêtres, Trinitaires de Béthanie ou membres associés et 3 Religieuses Trinitaires de Valence. Fondée en 2010, la fraternité a été appelée par l'évêque d'Angoulême à être une présence priante et aimante au coeur du diocèse.

.

.
Le Père Yvon Samson, trinitaire, chante saint Jean de Matha

Une belle chanson du Père Yvon Sanson sur Saint Jean de Matha

dimanche 20 janvier 2019

Un message de sœur Angélique aux amis de la fraternité


Bien chers amis,

Je vous rejoins par le beau site de la fraternité trinitaire pour vous dire que je ne vous oublie pas dans mes prières. 
Je pense souvent à vous tous, actuellement je suis sur Lyon où je travaille au service du généralat ; il y a beaucoup à faire, je suis aussi dans les archives de notre chère congrégation. Je retrouve donc un domaine qui m’est bien connu. 
Je n’oublie aucun d’entre vous, je me souviens des beaux moments que j’ai passés près de vous. 
Merci pour tout cela. 

Je vous assure de mon affection et de mes pensées les plus fraternelles.

Sœur Angélique



Homélie du Père Maurice Fourmond sur l'Evangile des noces de Cana


La première chose qui frappe c’est que le premier signe public du message de Jésus rappelé par l’évangéliste est une fête. C’est au cours de la fête d’un mariage et pour que celle-ci ne soit pas gâchée par un manque de vin qu’il est dit que Jésus « manifesta sa gloire, et ses disciples crurent en lui ». C’est par une fête que commence la vie publique de Jésus selon l’évangéliste.
La seconde chose qui frappe c’est que cette manifestation s’est produite à la demande de la mère de Jésus. Nous aurions ainsi deux réflexions pour alimenter notre méditation.

D’abord l’attitude de Marie. Quatre aspects se découvrent. D’abord l’attention de Marie. Elle est attentive à ce qui se passe, à la joie des nouveaux mariés, à l’ambiance de fête, à la peine et la honte qui résulterait si la fête s’arrêtait faute de vin. Cette attitude de Marie nous invite à réfléchir à la façon dont nous regardons ce qui se passe autour de nous. Sommes-nous enfermés dans notre ego, indifférents à ce qui se vit autour de nous ou au contraire savons-nous regarder les gens comme des enfants de Dieu, comme nos frères et soeurs, savons-nous être attentifs à leurs joies et à leurs peines ? Nous savons que Jésus était particulièrement attentif à voir ce qui se passait autour de lui comme l’exemple de cette pauvre veuve qui apportait dans le trésor du Temple tout ce qu’elle avait pour vivre ; Jésus, lui, l’avait bien remarqué et il va en faire l’éloge : «  Amen, je vous le dis : cette pauvre veuve a mis dans le Trésor plus que tous les autres. Car tous, ils ont pris sur leur superflu, mais elle, elle a pris sur son indigence : elle a mis tout ce qu’elle possédait, tout ce qu’elle avait pour vivre » (Mc 12 43-44). 

Autre attitude de Marie, son audace. Les femmes n’avaient pas tellement le droit d’intervenir auprès des hommes à table et pourtant Marie va trouver son fils et lui dit tout simplement « Ils n’ont pas de vin ». Avons-nous l’audace suffisante pour nous adresser à Dieu en toute simplicité, sûrs que d’une manière ou d’une autre, Dieu va répondre à notre prière.

Autre attitude de Marie, sans se laisser influencer par la réponse apparemment déconcertante de Jésus, certaine de la bonté de son fils, Marie va demander aux serviteurs de faire ce que Jésus leur demandera même si cela leur parait déraisonnable : «  Tout ce qu’il vous dira, faites-le ». Entendons cette invitation de Marie : faites tout ce que l’Esprit saint, l’Esprit de Jésus nous invite à faire, même si ce que nous pressentons dans notre esprit et notre coeur nous parait difficile, voire impossible car, comme l’avait dit l’ange à Marie « Rien n’est impossible à Dieu » (Lc 1, 37).

Enfin Marie disparait de la scène. C’est cette discrétion, cette humilité qui doit habiter tous les disciples de Jésus. Comme le disait Jean-Baptiste : « Il faut qu’il croisse et que je diminue ». Le rôle d’un baptisé est d’être témoin de l’évangile, puis ensuite se retirer pour laisser l’Esprit Saint travailler le coeur de celui qui a découvert le Dieu de Jésus Christ et laisser celui-ci vivre sa rencontre avec le Seigneur.

Notre évangile nous suggère un autres aspect pour notre méditation : la vie publique de Jésus selon Jean commence par une fête. Nous avons parfois le sentiment que vivre selon notre foi est triste : il n’est souvent question que de péché, de pénitence, d’abaissement. Nous oublions que Dieu ne veut que notre bonheur, que  notre relation avec lui est une fête même si nous avons conscience de nos faiblesses. N’est-ce pas ce que nous révèle la parabole bien connue du fils prodigue puisque au-delà de la faute de cet enfant aimé, le père organise une fête pour célébrer son retour. Nous avons souvent le sentiment que Dieu est un Dieu sévère plus attentif à nos manques qu’à nos générosités. 

Or c’est exactement le contraire que la vie de Jésus nous permet de découvrir. Les amis de Jésus n’étaient pas des parfaits, ils l’ont tous abandonné au moment de son arrestation et Pierre l’a renié dans la cour du grand prêtre. Mais l’amour de Jésus ne s’est pas démenti jusqu’à donner sa vie pour ses amis ; il l’avait d’ailleurs affirmé : « Il n’y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ceux qu’on aime » (Jn 15, 13). Notre relation avec le Dieu de Jésus devrait être la rencontre heureuse d’une fille, d’un fils bien aimé par Dieu. Toute rencontre avec Dieu devrait être une joie, une fête. Ce n’est pas sans raison si Jésus a voulu faire une fête avant son arrestation, cette fête que nous vivons à chaque fois que nous nous rassemblons pour célébrer l’eucharistie. L’eucharistie devrait être une fête joyeuse même si devant la tendresse de Dieu, nous prenons conscience combien notre amour est faible.

Alors vivons la messe avec joie : la pain de la parole, le pain et le vin de la présence du Christ ne nous manquera pas. Cette nourriture qu’est la vie même de Jésus peut remplir notre vie même difficile d’une véritable joie.



et brève méditation de sœur Angélique

A partir de Jean 2,1-11


Jésus est invité avec sa mère et ses disciples à des noces à Cana. La scène peut paraître banale : une invitation parmi des jours qui se suivent.

Or il n'en est rien ! Jean montre Jésus comme étant le maître des noces, c'est Lui qui change l'eau en vin, prémices du Royaume nouveau, c'est Lui le nouvel Adam qui peut tout transformer. Cet épisode de la vie de Jésus est aussi touchant : Jésus répond à une constatation de sa chère mère la Vierge Marie : "ils n'ont plus de vin..." Jésus répond à sa mère par un signe des temps: l'eau  ordinaire changée en vin délicieux.

L'Heure de Jésus n'est pas encore venue, mais pour Marie, il devance le temps et accomplit alors son premier miracle.

dimanche 13 janvier 2019

Un très beau témoignage de notre sœur Marie-Luc, après ses quelques semaines vécues à Angoulême et au moment de son retour à Madagascar


Chers frères et sœurs de la fraternité,

je suis très heureuse de pouvoir partager un peu de ce que j’ai vécu à Angoulême. Je rends grâce à Dieu-Trinité pour mon expérience avec la fraternité. Merci à chacun de ses membres qui m’ont accueilli avec joie, simplicité et amour fraternel !

Je suis rentrée dans la congrégation des Religieuses Trinitaires en septembre 2010, ce même mois de septembre naissait la fraternité trinitaire d’Angoulême.

Depuis que je suis dans la congrégation, il me semble que c’est à Angoulême que j’ai le plus vécu le charisme trinitaire, à travers tant de belles choses :

- L’adoration chaque jour, la prière avec les laïcs : Milieu du jour, Trisagion, Vêpres, Adoration. 

- La prière : pour les chrétiens persécutés, les malades, les prisonniers…

- La contemplation du visage de Dieu-Trinité dans les pauvres : en portant les sandwichs le soir.

- Le soin des malades : en leur portant la communion à domicile.

- L’accueil des personnes isolées à « Béthanie », la maison de notre fraternité : lors des temps d’accueil du jeudi et du dimanche après-midi, autour d’un jeu ou d’un dialogue.

Je rends grâce pour les sœurs de ma communauté d’Angoulême qui participent à tout cela quel que soit leur âge, leur fatigue ou leur responsabilité.

Je rends grâce pour la fraternité (laïcs, prêtres et sœurs) qui essaie de vivre à la lettre l’amour fraternel. Et je suis émerveillé par la grâce de Dieu qui permet à tout ce petit monde de se rassembler en devenant un seul cœur et une seule âme. 

Cette belle fraternité partage le même souci apostolique, elle veut vivre du même charisme trinitaire et de tous les lieux où je suis passé, encore une fois, c’est peut-être là  que j’ai le mieux perçu notre charisme à l'œuvre !

Pour tout cela j’ai été vraiment heureuse de vivre au milieu de vous !

Maintenant que j’ai quitté Angoulême pour vivre dans ma nouvelle communauté à Madagascar, mon cœur reste avec vous dans la prière et la mission. Moi aussi je compte sur votre prière afin que je reste fidèle à notre appel partout où le Seigneur m’enverra.

Votre sœur Marie-Luc




Un joyeux moment fraternel chez notre amie Michelle






Homélie du frère Denis pour le Baptême du Seigneur

et brève médiation de sœur Angélique

A partir de Luc 3, 15-16,21-22


En ce dimanche, nous voyons dans l'Evangile des gens se tourmenter , ils se demandent si Jean est le Messie tant attendu.

Or Jean-Baptiste est très clair à ce sujet, Il est celui qui prépare la voie à Celui qui doit venir. Il se montre très humble et petit face au Seigneur: "je ne suis pas digne de défaire la courroie de ses sandales."

Jésus arrive enfin et se fait baptiser. 

Les cieux s'ouvrent alors pour laisser entendre la voix du Père: "celui-ci est mon fils bien aimé".


C'est une théophanie , un événement trinitaire et pour la liturgie le retour au temps dit "ordinaire", comme si la vie de Jésus allait s'inscrire maintenant dans l'ordinaire de nos vies.


jeudi 27 décembre 2018

Marie-Chantal Thépenier, laïque trinitaire de Cerfroid, est retournée à la maison du Père ce jour de Noël

Marie-Chantal Thépenier fut conseillère nationale pour les assemblées inter-trinitaires. Elle soutint activement les œuvres du Père Aldo Bérardi au Moyen-Orient.

Lors de son en son engagement définitif en  mai 2002 à Cerfroid, elle prononça les mots suivants : «Appelée à vivre mon baptême en suivant le Christ par le chemin de saint Jean de Matha, mon engagement me permet d'approfondir ma vie de prière, de servir mes frères, de partager avec les plus démunis».

L'engagement définitif de Marie-Chantal,
au cours de la messe
de la solennité de la Trinité 
à Cerfroid,
le 26 mai 2002



et le 4 novembre 2007
dans la chapelle de Cerfroid


mercredi 26 décembre 2018

Un bien sympathique repas de Noël en fraternité !

Avec en fin de soirée
la joie de célébrer ensemble
les Complies